OU

Pour quelle période ?

Chef étoilé

Jean-François Piège

Jean-François Piège

Il est, depuis maintenant une bonne décennie, un des noms les plus respectés d’une gastronomie française dont il se fait le porte-étendard. Jean-François Piège continue à faire vibrer pour une cuisine unique qu’il partage à travers ses établissements, aussi bien en France qu’à l’étranger. Portrait d’un chef qui sait tout faire.

La preuve par huit. Comme le nombre de ses adresses, où Jean-François Piège jongle avec son talent et des expressions gastronomiques garantes d’un savoir-faire tricolore à travers le monde. Tout commence à Paris, bien sûr, avec Le Grand Restaurant, qui brille de 2** au Guide Michelin et que le chef entrevoit comme son « laboratoire de pensées et de créations gastronomiques ». La capitale, le natif de Valence en a fait son terrain de jeu favori, avec pas moins de six restaurants. Le dernier en date, Mimosa, inauguré en octobre 2021, propose une carte à l’accent méditerranéen. Les autres ? Là encore, il est question de patrimoine culinaire et d’identité que Jean-François Piège a peaufinés au fil des ans et de son expérience. Il a notamment fait ses armes dans les plus grands palaces parisiens, du Plaza Athénée - où Alain Ducasse l’avait nommé chef - en passant par les Ambassadeurs, le restaurant de l’hôtel Crillon.

À La Poule au Pot, repris avec son épouse Elodie en 2018, c’est la générosité de la cuisine bourgeoise qui est mise à l’honneur. L’Épi d’Or ? Un établissement dans la pure tradition du bistrot populaire et familial, avec des plats à la fois simples et goûteux (pâté en croûte, steak tartare, riz au lait…). Et puis il y a la galaxie des Clover, avec des adresses qui rendent tour à tour hommage aux pâtes à la française, Clover Saint-Germain, aux viandes cuites à la braise, Clover Grill, voire aux deux à la fois, Clover Gordes. Située dans le Luberon, cette dernière est d’ailleurs la première table, hors de Paris, où Jean-François Piège a posé sa toque. Une exportation qui se poursuit du côté de Taipei (Taïwan) avec l’unique adresse du drômois à l’étranger. Chevreuil mijoté sur des fèves de cacao, carbonara de calmars sauvages ou encore Blanc à Manger : le Clover Bellavita allie plats-signatures et grands classiques. Toujours une question de talent...

Langue parlée : français.

 

Crédit photo : © James Bort

Vous pourrez prochainement naviguer avec Jean-François Piège